Rencontre avec Cyril Dané, président d'AIO

Cyril Dané nous présente les activités de la PME bordelaise AIO, spécialisée dans une robotique frugale centrée sur l’humain et les économies d’énergie, pour l’industrie de l’assemblage, selon le modèle du « Karakuri Kaizen ».

  • par AIO
  • 14 décembre 2022
  • 348 affichages
  • Cyril Dané, président d’AIO.
    Cyril Dané, président d’AIO.

AIO est une PME bordelaise dynamique. Pouvez-vous nous rappeler son histoire et nous préciser ses activités ?

Cyril Dané : Nous avons acquis la société AIO il y a 15 ans en la spécialisant dans la robotique simple et frugale, ne nécessitant pas d’énergie additive, que nous avons importée du Japon en Europe pour l’industrie de l’assemblage et notamment pour l’automobile. Il s’agit du modèle « Karakuri Kaizen » né dans les usines Toyota, basé sur des principes mécaniques, pour faciliter le travail des opérateurs, par exemple, pour rapprocher une visseuse d’un opérateur sur une chaîne d’assemblage. L’énergie des systèmes est stockée, puis libérée pour réaliser une opération, comme nous le faisions avec nos petites voitures mécaniques lorsque nous étions enfants. Toyota a créé, dès 2007, un centre d’apprentissage « Karakuri Kaizen » dans son usine de Motomachi, près de Nagoya, et a largement diffusé sa technologie à partir de 2015. En l’important en Europe, nous aidons nos clients à diminuer l’impact environnementale et à améliorer la productivité de leurs usines, en réduisant les émissions de CO2, avec des systèmes de production tels que le Kanban qui met l’accent sur une organisation de type Juste-à-temps en fournissant des informations en temps réel aux membres des équipes de production afin de ne pas les surcharger.

 

En quelques chiffres (chiffre d'affaires, effectif nombre de sites,,...), pouvez-vous nous préciser l’importance actuelle de la société AIO et les lieux de ses implantations ?

Cyril Dané : Nous pouvons dire que nous avons profité de la vague de croissance des systèmes d’amélioration de la production. Au fil des années, nos ventes ont longtemps enregistré une progression à deux chiffres avec un effectif qui atteint aujourd’hui 80 personnes. Notre croissance sera cette année de 17% et elle aura été de 70% entre 2015 et 2019. Outre notre siège à Bordeaux, nous sommes également installés dans le Nord et l’Est de la France, ainsi qu’à Paris avec des ateliers et des moyens de R&D, et enfin, à Valladolid, en Espagne. Un sixième site est prévu en France en 2023.

 

AIO travaille avec la plupart des acteurs des secteurs automobile, électronique et aéronautique, en les accompagnant notamment dans le déploiement du « Karakuri Kaizen ». Pouvez-vous nous expliquer en quoi cela consiste ?

Cyril Dané : Nous aidons à mieux produire. Il s’agit d’un apport d’énergie mécanique, sans consommation d’énergie primaire et nous travaillons dans l’ensemble des secteurs des biens d’équipements avec les plus grands acteurs de la logistique et de l’automobile en Europe, partout où l’humain tient une place importante. Par exemple, nous avons pu faire économiser 20 tonnes de CO2 dans une usine d’assemblage de 400 personnes de taille moyenne. De plus, la technologie « Karakuri Kaizen » permet de ne pas porter des pièces lourdes ou encombrantes et d’avoir ainsi des effets bénéfiques sur la santé des opérateurs.

 

L'industrie du futur est au centre de votre développement. Quelle contribution y apportez-vous ?

Cyril Dané : Les systèmes « Karakuri Kaizen » sont des systèmes d’avenir, faible empreinte carbone, apportant une assistance aux gestes des opérateurs, et surtout en capacité à s’adapter aux évolutions des lignes de production. Mais nous concevons aussi des objets connectés industriels fonctionnant également de façon frugale sur des réseaux bas débit, qui donnent un rendu efficace sur les systèmes de production. Ils se marient bien avec les AGV (véhicules à guidage automatiques) ou AMR (robots mobiles autonomes) et s’intègrent aujourd’hui dans la révolution de l’intra-logistique des usines.

 

Quels sont vos objectifs pour AIO ? Comment envisagez-vous le développement de la société ? Y a-t-il beaucoup de concurrents dans votre domaine d'activités ?

Cyril Dané : Nous visons une croissance de 20% par an. Le potentiel est phénoménal. La concurrence est apparue seulement en 2015. Mais, grâce à notre antériorité, nous conservons notre position de leadership et nous travaillons dans 15 pays, avec une position de numéro un en Europe.

Journaliste business, technologies de l'information, usine 4.0, véhicules autonomes, santé connectée

Plus d'articles Contact