Surveillance de la distribution thermique et du contrôle qualité pour les installations de trempe du verre plat

Optris a développé un système de contrôle de la qualité du verre plat grâce à des caméras infrarouges

  • Surveillance de la distribution thermique et du contrôle qualité pour les installations de trempe du verre plat
    Surveillance de la distribution thermique et du contrôle qualité pour les installations de trempe du verre plat

Pour améliorer la résistance mécanique du verre plat, une solution couramment utilisée est la trempe (traitement thermique ciblé). Ce procédé a pour but de mettre les couches extérieures du verre en compression, et de créer des tensions en profondeur. Pour ce faire le verre est chauffé de la façon la plus homogène possible dans un four aux environs de 620-650°C ; la plasticité débutant aux environs de 550°C. Puis il est transféré du four vers une zone de refroidissement pour y être refroidi brutalement en surface par des jets d’air à haute pression.

Pour obtenir la qualité du verre souhaitée, l’homogénéité thermique de la surface du verre, lors du passage en four, est primordiale. La seule façon de la garantir est de mesurer sa température lors du passage four / zone de refroidissement.

 

Le verre Low-E (basse émissivité) : un nouveau défi

 

En vue d’une efficacité énergétique optimale dans les bâtiments, on recourt généralement au verre dit Low-E (ou verre à isolation renforcée) pour les fenêtres et les éléments de façade. Conçus comme vitrages isolant multicouches, ils sont constitués d’un verre clair couvert d’une fine couche transparente métallique (argent par exemple) ayant une très faible émissivité. L’énergie solaire pénètre donc ce type de vitrage tout en empêchant la chaleur générée de ressortir.

Une surface de faible émissivité représente un défi majeur pour la mesure de température sans contact, et cette mesure infrarouge est requise en sortie de four. Grâce à une approche innovante, le « bottom up GIS » permet de résoudre cette problématique. Installées sous le convoyeur, ses deux caméras thermiques mesurent en continu la température de la face du verre qui est sans revêtement et donc à forte émissivité.

 

Caméras infrarouges Optris

 

Seule la compacité des caméras infrarouges Optris issues des développements de la technologie IR permet une installation sous la ligne de trempe. Ce qui n'était pas envisageable auparavant avec les anciens scanners linéaires trop encombrants, devient enfin une réalité.

La combinaison et la synchronisation de deux caméras thermiques VGA dotées chacune d’un champ de vision optimal de 111° permet d’obtenir une excellente résolution de balayage linéaire de 1600 pixels sur une largeur optimale de 4,3 m.

En plus de mesurer et visualiser la distribution thermique du verre traité, ce système calcule sa surface. Les deux caméras infrarouges sont protégées par un système d’obturateur automatique, le DCLP. Son déclenchement est contrôlé par un pyromètre CTlaser 4M ultrarapide (temps d'exposition de 90 μs) qui détecte immédiatement toute chute de verre lors de casse. Ces obturateurs permettent aussi d’espacer considérablement les intervalles d’entretien pour le nettoyage des optiques et d’éviter la contrainte du soufflage des optiques à l’air comprimé.

Optris propose son système de contrôle du verre « bottom up » en deux versions : le GIS 640i G7 haute résolution et le GIS 450i G7 haute performance. Pour une installation simple, ces deux systèmes sont pré-assemblés . En plus des caméras infrarouges, du pyromètre et des systèmes d'obturation, le bottom up GIS est livré avec un coffret de commande compact et un ensemble complet de composants et câbles.

 

Travail d'installation et de mise en service réduit au minimum

 

Contrairement aux systèmes à balayage linéaire souvent utilisés jusqu’à présent, le logiciel permet d’orienter précisément et facilement la ligne de balayage, notamment grâce à son système de contrôle de température du verre par caméra. Il n’est donc plus nécessaire de positionner précisément le système de façon mécanique au-dessus du four. Le travail d'installation et de mise en service est ainsi réduit au minimum.

Journaliste business, technologies de l'information, usine 4.0, véhicules autonomes, santé connectée

More articles Contact