Au royaume des hackers, comment sécuriser une usine connectée ?

  Demande d'info / contactez-moi

Analog Devices s’engage à offrir la solution qui, à long terme, apportera une valeur maximale au design de systèmes novateurs

Industrie 4.0

Au royaume des hackers, comment sécuriser une usine connectée ?
Au royaume des hackers, comment sécuriser une usine connectée ?
Processus de modélisation des menaces
Processus de modélisation des menaces
Cycle de gestion des risques liés à la sécurité des produits
Cycle de gestion des risques liés à la sécurité des produits
Erik Halthen, directeur des systèmes pour solutions industrielles, Analog Devices
Erik Halthen, directeur des systèmes pour solutions industrielles, Analog Devices

Imaginez que vous occupez le poste de DSI d’un fabricant. Votre chaîne de production tourne de façon parfaitement fluide quand soudain, les lumières s'éteignent. Les groupes électrogènes se mettent en marche et l’atelier est faiblement éclairé par les signalisations de secours. Que s’est-il passé ? Un appel du responsable informatique vous informe rapidement qu’un hacker a piraté votre usine et qu’il exige une rançon. Plusieurs activités de votre entreprise sont paralysées et vous devez prendre une décision relativement simple : verser la rançon, ou tenter de restaurer le système avec vos fichiers de sauvegarde. Vous optez pour la seconde solution, ce qui, au final, vous coûtera 30 millions d’euros en manque à gagner et immobilisation de votre outil de production.

 

Êtes-vous prêt à payer des centaines de milliers, voire des millions d’euros à des pirates informatiques pour récupérer vos fichiers ?

 

Selon l’étude publiée en janvier 2019 par Malwarebytes Labs sous le titre State of Malware, « dans la seconde partie de l’année 2018, les créateurs de logiciels malveillants ont décidé de cibler les entreprises plutôt que les consommateurs, conscients qu’il était plus rentable de s’attaquer à des sociétés qu’à des particuliers. Dans l’ensemble, la détection de malwares par les entreprises a crû de manière significative au cours de l’année écoulée (+79 % pour être exact), et ce, principalement en raison de l’augmentation du nombre de portes dérobées (backdoors), logiciels de cryptominage (miners), logiciels espions (spyware) et autres applications de vol de données (infostealers). » Comment un tel scénario s’est-il produit ? L’ère numérique ouvre en permanence de nouvelles opportunités. Les chefs d’entreprise cherchent des possibilités d’innover, mais cette course à l’innovation n’est pas sans danger. Gérer les risques liés à la cybersécurité est l’un des défis majeurs qu'ils doivent relever, ce qui implique des transformations non conventionnelles de la structure de leur organisation. Ces changements sont indispensables pour influencer efficacement la culture de l’entreprise et favoriser la mise en place de processus opérationnels mieux adaptés à la complexité des systèmes et des cycles de vie.
L’adoption rapide de nouveaux systèmes intelligents installés en périphérie de réseau pour créer et interpréter les données est responsable de cette complexité croissante. Ces données revêtent de la valeur parce qu’elles sont utilisées à des fins décisionnelles ; plus les données sont précises et exactes, plus leur valeur sera élevée. Mais exploiter cette valeur n’est pas une chose aisée. Il est nécessaire de déployer une infrastructure capable d’accéder aux données et de les interpréter de manière opportune pour que les décisions soient prises dans un délai approprié. Cette exigence constitue le véritable moteur du monde connecté et, en matière d’automatisation industrielle, de l’usine connectée. Pour créer de la valeur en permettant d’accéder aux données et de les interpréter au moment opportun, les appareils doivent être interconnectés via un réseau distribué.

 

Une organisation capable de créer une infrastructure de sécurité


La tendance actuelle connue sous l’appellation « Industrie 4.0 » ouvre de nouvelles possibilités d’innovation à mesure que les systèmes de contrôle industriel gagnent en flexibilité, en précision et en efficacité. Pour que l’usine connectée apporte les résultats attendus, il est essentiel de s’attaquer aux risques de cyberattaques, et garantir la validité des données et des décisions qui en découlent. Étant donné que l’intérêt des cyberattaques continue d’augmenter proportionnellement à la valeur des actifs, maîtriser ce risque n’est pas chose aisée. Et compte tenu de la complexité inhérente à la cybersécurité et de la nécessité de gérer les risques de cybersécurité au niveau système, les chefs d’entreprise ont besoin d’être guidés, et les normes ne sont qu’une partie de la solution à ce problème complexe.
La mise en œuvre d’une usine connectée sécurisée doit s’appuyer sur une organisation capable à la fois d’interpréter les normes et de créer une infrastructure de sécurité. L’entrée dans la nouvelle ère de la connectivité débute par la mise en place d’une organisation qui pilote les processus métier du sommet jusqu’à la base. Cette approche top-down permettra aux équipes de développement de produits d’évaluer les compromis en matière de sécurité.

 

Sécuriser l’usine connectée : un défi invisible


Les technologies opérationnelles (OT) d’une grande complexité soulèvent des défis qu’il est impossible de résoudre à l’aide de solutions basées sur les technologies de l’information (IT) classiques. Les systèmes OT fonctionnent dans des environnements où la valeur des actifs, les priorités et les contraintes en concurrence ne sont pas comparables à celles qui caractérisent l’environnement IT. Dans un environnement informatique, le respect de la confidentialité est primordial ; dans les usines au contraire, la priorité est généralement accordée à la disponibilité des données. De plus, la solution de sécurité sera déployée dans un système hébergeant des produits soumis à des contraintes élevées et où les cycles de vie s’étendent sur plus de 20 ans. Gérer les actifs, les priorités et les contraintes d’un environnement industriel requiert un ensemble unique de compétences et de processus pour élaborer les exigences de sécurité adaptées aux produits.
La sécurisation d’un environnement OT représente une approche système qui nécessite d’identifier les actifs de grande valeur, d’évaluer les risques qu’ils encourent, et de faire les compromis de sécurité correspondant à son concept d’opérations (CONOPS). En raison des contraintes élevées qui caractérisent les environnements et de la spécificité des designs opérationnels, les risques liés à la sécurité ne seront pas tous traités au niveau des appareils. Une approche définie au niveau système aidera les experts à faire les compromis de sécurité appropriés.
L’objectif premier de la modélisation des menaces est de susciter une discussion concernant les compromis de sécurité dans le but de finaliser les exigences et les spécifications idoines. Étant donné que le concept d’opérations doit prendre en compte la conception du système de A à Z, il est essentiel de vérifier que tous les intervenants concernés prennent part aux discussions relatives aux compromis. À terme, toute menace de sécurité qui n’est pas prise en compte au niveau des composants devra être contrée à un niveau supérieur, ou acceptée comme un risque tolérable. L’adoption d’un processus standardisé pour favoriser l’engagement en faveur de la modélisation des menaces et de l’analyse des risques permettra de s’assurer que les exigences de sécurité ont été définies de façon appropriée.

 

La transformation organisationnelle, moteur de l’usine connectée


Les cybermenaces auxquelles sont exposés les environnements OT obligent les entreprises à élaborer une approche stratégique pour assurer le succès de l’usine connectée, ce qui passe souvent par des changements organisationnels. Une organisation centralisée dédiée à la cybersécurité aura pour mission de déployer de nouveaux processus et de nouvelles procédures afin d’évaluer les cybermenaces, de répondre aux exigences de cybersécurité, de surveiller les incidents de cybersécurité et d’y faire face, ainsi que de procéder à l’évaluation et à la validation des produits.
Les entreprises devront répondre à de nouvelles exigences de cybersécurité en affichant une connaissance et une approche distillées dans la culture organisationnelle et guidées par des processus et des procédures standard. En ce qui concerne la gestion des risques de cybersécurité, l’aspect organisationnel représente la partie la plus complexe de la transition vers l’usine connectée. Toutes les entreprises devront relever ce défi, mais celles qui favorisent le changement culturel seront les mieux armées pour capitaliser sur les avantages de cette tendance incontournable de notre époque.
 

Références
Kujawa, Adam, Wendy Zamora, Jovi Umawing, Jérôme Segura, William Tsing, Pieter Arntz et Chris Boyd. 2019 State of Malware. Malwarebytes, janvier 2019.

Auteur : Erik Halthen, directeur des systèmes pour solutions industrielles, Analog Devices

Posté le 2 mars 2020 - (217 affichages)
Analog Devices SA
3 Rue Jeanne Garnerin
91320 Wissous - France
+33-1-69 93 97 00
Voir le profil de la société
Adresse
Articles similaires
Panneau d’alarme technique à double alimentation de sécurité
Unité de commande pour les appareils de terrain 4-20 mA/HART
Capteurs de surveillance IoT
Nouvelle plate-forme informatique industrielle de Kontron pour les applications TSN
Data en temps réel : comment s’approprier les opportunités 5G ?
HIWIN étend les guidages sur rail profilé de la série CG
Variateur autonome intelligent
L'état mondial de l'Edge Computing
Commutateurs Ethernet industriels
Capteur multifonctionnel pour une performance pneumatique efficace
Solutions Communicantes IIoT C2AI
Systèmes d'entrées/sorties Wago
Solutions IoT de C2AI
IoT World+MtoM Embedded: vers un Monde Connecté
Barrière Immatérielle avec interface Bluetooth BLE
Visualisez vos Données sur le Cloud avec acirro+
L‘Automate connecté
Solutions M2M et IoT
Contrôleurs d’automatisme industriel
Solutions intelligentes M2M et IoT
Panneau d’alarme technique à double alimentation de sécurité
VISOR Robotic
Capteurs de conductivité intelligents
Capteurs et détecteurs de pression compacts
Mini robot 6 axes
Capteurs multi-tâches
Détecteurs sensitifs multicolores
Scrutateur laser de sécurité
Cellule photoélectrique
Détecteurs inductifs tout métal
HIWIN étend les guidages sur rail profilé de la série CG
VISOR Robotic
Capteurs de conductivité intelligents
Capteur thermique grand-angle
Mini robot 6 axes
Boîtiers électroniques modulaires
Système de connecteur normalisé
Détecteurs sensitifs multicolores
Scrutateur laser de sécurité
Cellule photoélectrique