Rencontre avec Jan-Rémi Fromentin

Président ifm electronic s.a.s.

  • Rencontre avec Jan-Rémi Fromentin
    Rencontre avec Jan-Rémi Fromentin

Depuis la création de la société en 1969, ifm electronic a optimisé régulièrement les processus techniques dans presque toutes les industries. Aujourd'hui cette société allemande emploie plus de 5 200 collaborateurs dans plus de 70 pays. Jan-Rémi Fromentin Président de ifm electronic s.a.s. a bien voulu répondre à nos questions.

ifm electronic est une société Allemande. Pouvez-vous nous résumer son histoire et nous préciser son activité ?
Jan-Rémi Fromentin : ifm electronic est un groupe international allemand basé à Essen et spécialisé dans la détection industrielle. Depuis sa création en 1969, " Ingenieurgemeinschaft Für Messtechnik " a optimisé régulièrement les processus techniques dans presque toutes les industries. Les deux fondateurs, Robert Buck et Gerd Marhofer, se sont associés pour commercialiser des détecteurs de proximité inductifs sous la marque efector en Allemagne. Ce fut immédiatement un très gros succès car ils ont remplacé les capteurs mécaniques. La société s'est ensuite développée de façon constante conformément à notre devise " croître en sécurité ". Dans les années 1980 sont arrivées sur le marché les technologies de débit basé sur le principe calorimétrique et les cellules photo-électriques, puis dans les années 90, nous avons lancé nos premiers capteurs de pression avec des innovations à la fois sur le design et sur l'affichage. Ces produits ont vraiment marqué leur période et se retrouvent toujours dans les usines. En 2004, ifm a introduit le système de diagnostic vibratoire efector octavis utilisant un principe MEMS et a ouvert de nouvelles voies dans la maintenance préventive conditionnelle. Les innovations se sont ensuite accélérées, notamment avec l'introduction en 2007 du premier capteur basé sur la technologie de la mesure du temps de vol. Ce produit sera décliné pour aboutir aujourd'hui à des détecteurs optoélectroniques avec mesure du temps de vol de la lumière offrant de grandes portées, la suppression de l'arrière-plan la plus fiable et de hautes capacités de réserve, tout ceci au prix d'un détecteur standard. Cette innovation de rupture a été à la source d'un développement particulièrement remarquable débouchant notamment sur la caméra 23 000 pixels présentée en début d'année sur le salon Industrie et sur une version mobile de cette même caméra destinée au monde de l'embarqué pour l'anti-collision et la sécurisation de zone. Par ailleurs, nous avons également racheté récemment une société renommée ifm datalink qui nous a apporté un très grand savoir faire pour connecter les capteurs sur les systèmes de supervision grâce à un logiciel très léger pouvant être facilement embarqué. Grâce à cette technologie, nous entrons dans le domaine de l'Internet des Objets et de l'Industrie 4.0. Les capteurs sont paramétrables et de plus en plus intelligents. La problématique aujourd'hui est de remonter les informations vers les systèmes de niveau supérieur : MES, ERP... Le premier développement d'ifm datalink a été le logiciel LineRecorder Sensor qui permet le paramétrage en IO-Link de la plupart de nos capteurs sans surcoût. Ainsi à côté de nos activités traditionnelles de capteurs de position et capteurs de fluide, réseaux de câblage et automatismes, ifm a développé dans les dix dernières années des compétences en vision 2D et 3D, le contrôle vibratoire, l'identification RFID dont nous n'avons pas parlé, et puis également la supervision pour la collecte de données et l'interfaçage vers d'autres systèmes. Aujourd'hui ifm electronic est devenu un acteur majeur sur tous ces marchés.

Pouvez-vous nous rappeler sa structure et nous chiffrer l'importance du groupe : chiffre d'affaires, nombre de salariés, de filiales...
Jan-Rémi Fromentin : ifm est toujours à l'heure actuelle une société familiale qui est devenue une fondation sous forme de holding depuis le début 2014. Cette structure garantit la pérenité de notre entreprise et nous a permis en interne d'être réorganisés en filiales. ifm electronic est la filiale de distribution dont la mission est de commercialiser les produits du groupe dans le monde. ifm efector et ifm profer regroupent respectivement les activités de capteurs de position et de capteurs pour les fluides. L'entité ifm ecomatic est dédiée au contrôle commande et systèmes de câblage. Le groupe ifm emploie aujourd'hui plus de 5 200 collaborateurs dans plus de 70 pays. Nous développons et vendons des solutions à environ 110 000 clients dans la construction mécanique et l'industrie. Notre chiffre d'affaires 2014 s'est élevé à 655 millions d'euros et devrait atteindre 720 millions d'euros cette année.

Qu'est ce qui différentie réellement ifm de ses concurrents ?
Jan-Rémi Fromentin : L'une des forces d'ifm est d'avoir une large gamme de produits, qui offre, outre les solutions standard, des solutions pour les exigences spécifiques des secteurs industriels. Par ailleurs, notre force de vente d'environ 1 200 conseillers technico-commerciaux dans le monde entier représente parfaitement ifm. Ces personnes connaissent les exigences spécifiques imposées par le marché et apportent une aide personnalisée à chaque client. Cette stratégie permet à ifm d'avoir la flexibilité d'une PME familiale mais également la force d'innovation d'un groupe international.

Où sont situés vos sites de production et que représente la Recherche et le Développement pour votre société ?
Jan-Rémi Fromentin : Avec cinq sites de production en Allemagne, ifm fabrique 80 % de ses 8000 produits dans ce pays mais notre volonté est de produire aussi ailleurs. Nous avons notamment une usine en Pologne et une actuellement en construction en Roumanie. Nous avons également une usine de capteurs de température aux USA et une unité en cours de démarrage à Singapour, consacrée aux cellules photoélectriques. La Recherche et Développement chez ifm représente plus de 600 collaborateurs pour un budget de 8 à 10 % de notre chiffre d'affaires. Par ailleurs, il faut souligner qu'ifm mène une politique de collaboration étroite avec des instituts de recherche, des universités et des jeunes entreprises, qui a débouché sur plus de 600 brevets et environ 440 brevets / dépôts de brevets actifs. Cette démarche nous garantit une qualité constante et une grande innovation pour toute notre gamme de produits.

Depuis combien de temps ifm electronic possède-t-elle une filiale en France ?
Jan-Rémi Fromentin : Basée au Bourget du Lac en Savoie, la filiale française a été fondé en 1976 à Pantin et représente aujourd'hui une centaine de personnes pour un chiffre d'affaires de 48 millions d'euros. Nous sommes en troisième position en terme de taille derrière l'Allemagne et les USA. Quel a été votre parcours personnel chez ifm ? Jan-Rémi Fromentin : Après des études d'ingénieur Télécom et un MBA à HEC, j'ai travaillé chez Motorola et chez Schlumberger. Puis je suis rentré chez ifm en 1996 comme Directeur Marketing et R&D. Après avoir occupé le poste de Directeur Commercial France, je suis actuellement Président de ifm electronic s.a.s. et responsable commercial de la zone Europe du Sud-Ouest couvrant la France, l'Italie et l'Espagne et le Portugal, ainsi que les pays d'Afrique francophone.

Comment ressentez-vous le climat des affaires actuellement et quels sont vos objectifs pour ifm electronic en France ?
Jan-Rémi Fromentin : De façon générale, nos commandes sont orientées à la hausse par rapport aux années précédentes. La zone Europe du Sud Ouest est celle qui se développe le plus actuellement par rapport à ifm monde. Les raisons sont connues : baisse de l'euro, investissement productif et aussi le regain d'intérêt suscité par l'Industrie 4.0. Nous sommes donc raisonnablement optimistes pour ifm en France, mais bien sûr pour accélérer ce mouvement, il y a encore beaucoup à faire...

Alain DieulLa mission de PEI est de fournir à ses lecteurs des informations sur les nouveaux produits et services liés au secteur de l'industrie et qui sont disponibles sur le marché français. 

Pour paraître dans PEI Magazine et/ou sur le site pei-france.com, veuillez envoyer vos communiqués de presse à Alain Dieul.

Pour discuter d'une contribution rédactionnelle ou pour tous renseignements, contacter la rédaction de PEI.

More articles Contact