Rencontre avec Mireille Maillard Directrice Générale de Yokogawa France

Yokogawa fonde son savoir-faire et son expertise sur la disponibilité, l’écoute et l’empathie. Mireille Maillard, Directrice Générale de Yokogawa France, a bien voulu répondre à nos questions sur une entreprise aujourd’hui plus que centenaire

  • Rencontre avec Mireille Maillard Directrice Générale de Yokogawa France
    Rencontre avec Mireille Maillard Directrice Générale de Yokogawa France

Bonjour Madame Maillard, merci de nous recevoir. Nous n’avons malheureusement pas souvent l’occasion de rencontrer des femmes dans l’industrie et encore moins occupant des postes à responsabilité. Pouvez-vous retracer votre parcours ?
Mireille Maillard : Après avoir obtenu le diplôme de l’Ecole Centrale de Nantes, j’ai commencé à travailler dans une société d’engineering et j’ai participé au démarrage de la raffinerie de Donges. J’ai ensuite rejoint la société Honeywell comme chef de projet, puis pour leur filiale contrôle avancé en Angleterre. J’ai ensuite travaillé en freelance aux Etats-Unis et en rentrant en France en 2007, j’ai été recrutée par Yokogawa France. J’ai alors pris la direction du service Systèmes Engineering et depuis fin Janvier 2018, j’occupe le poste de Directrice Générale.

Yokogawa est une entreprise japonaise centenaire. Brièvement, quels sont ses origines et ses différents secteurs d’activité ? 
Mireille Maillard : L'entreprise a été fondée en 1915 par Tamisuke Yokogawa pour développer des produits électroniques de mesures de type multimètre et oscilloscope. A partir de 1933, Yokogawa a commencé le développement et la production d'instruments pour l'aviation ainsi que des contrôleurs de pression, de débit et de température. En 1964, la société a fait son entrée sur le marché de l’analyse industrielle. En 1975, Yokogawa introduit Centum, le premier Distributed Control System (DCS) au monde.

L’implantation en France s’est faite en 1982, puis avec le rachat de la division Control Bailey de Cegelec en 1992. Yokogawa Control Bailey est finalement devenue Yokogawa France en 2000.

En quelques chiffres clés, pouvez-vous nous situer aujourd’hui l’importance de Yokogawa : chiffre d’affaires, nombre de salariés, de sites de production… ?
Mireille Maillard : Aujourd’hui la société Yokogawa représente 17 sites de production et 112 sociétés réparties dans 60 pays, 230 centres de service disponibles 24 heures sur 24 et 18300 personnes à travers le monde. Propriétaire de 7000 brevets déposés, son chiffre d’affaires 2018 a été de 3,7 milliards de dollars.

Yokogawa répond aux attentes et aux exigences de nombreuses industries mais quelle est réellement son offre ? 
Mireille Maillard : Oprex est notre offre globale qui comprend des produits, des solutions, la maintenance et tous les services que nous pouvons proposer à nos clients. Oprex englobe des systèmes numériques de contrôle/commande, des solutions logicielles standard ou sur mesure, des équipements d’acquisition de données, des instruments de terrain, des enregistreurs, des analyseurs de procédés, ainsi que nos réseaux filaires qui peuvent s'interconnecter avec le réseau de l'entreprise.

N’avez-vous pas tendance à privilégier le développement de solutions sur mesure plutôt que la commercialisation de produits standard ?
Mireille Maillard : A l’heure où tout le monde s’oriente vers la transformation digitale, chaque client a des demandes spécifiques, ce qui nous incite de plus en plus à proposer des solutions sur mesure. Yokogawa a la réputation d’être tout à la fois extrêmement fiable et flexible, avec une approche de relation durable, en partenariat avec ses clients pour concevoir leur architecture en piochant dans notre base produit. Si un chaînon manque, nous recherchons les partenaires adaptés pour compléter l’ensemble.

Que représentent les investissements de Yokogawa en Recherche et Développement ? Quelles sont les orientations privilégiées ?
Mireille Maillard : Nous investissons chaque année 7% du CA en Recherche et Développement, pour innover sur nos équipements, développer des outils d'analyse prédictive pour la maintenance et lancer les nouveaux produits dont nous avons besoin dans nos architectures, comme par exemple des capteurs Atex sans fil. Les capteurs « Sushi Sensor » que nous nous apprêtons à mettre sur le marché sont des capteurs de température et de vibrations qui renforceront l’analyse prédictive et l’optimisation de la maintenance.

Que représente la société Yokogawa en France et, sur un marché industriel national plutôt délicat, quels sont vos objectifs pour Yokogawa France ?
Mireille Maillard : Sur les 150 personnes employées par Yokogawa France, à côté des équipes administratives, 45 personnes travaillent sur les opérations c'est-à-dire à la réalisation des projets et des développements spécifiques en logiciels et tests. Une vingtaine d’ingénieurs s’occupe des différents sites de nos clients, de la formation des opérateurs et de la maintenance. Enfin, 45 personnes sont dédiées à la vente et au support de ventes. En tant que Directrice Générale, mon objectif est bien sûr de développer les ventes sur le marché français mais également d’améliorer l’organisation de la société pour optimiser les tâches, avec le souci de suivre les orientations du groupe dans le respect de l'environnement en conformité avec les accords de Paris. A ce propos, nous société vient d’intégrer le classement Global 100.

Alain DieulLa mission de PEI est de fournir à ses lecteurs des informations sur les nouveaux produits et services liés au secteur de l'industrie et qui sont disponibles sur le marché français. 

Pour paraître dans PEI Magazine et/ou sur le site pei-france.com, veuillez envoyer vos communiqués de presse à Alain Dieul.

Pour discuter d'une contribution rédactionnelle ou pour tous renseignements, contacter la rédaction de PEI.

More articles Contact