Rencontre avec Ulrich Balbach, P-dg de Leuze Electronic

Ulrich Balbach, P-dg de Leuze Electronic, ETI spécialisée dans les solutions de détection pour l'automatisation, évoque l’activité industrielle en période de pandémie, la loi sur la chaîne d'approvisionnement et le développement durable.

  • Ulrich Balbach, P-dg de Leuze Electronic
    Ulrich Balbach, P-dg de Leuze Electronic

La pandémie de la Covid-19 est-elle le déclencheur d'une crise économique et a-t-elle des répercussions sur les intentions d'investissement des entreprises ?

Ulrich Balbach : La pandémie est avant tout une crise sanitaire. Les délais de livraison actuels, extrêmement longs, n'indiquent pas une crise économique. Les carnets de commandes sont pleins. La situation actuelle n’est absolument pas similaire à celle de 2008/2009. Nos clients sont tout à fait disposés à investir. En fait, plus que jamais. Nous fournissons l'industrie des machines, c’est pourquoi nous sommes en mesure d’évaluer la situation. Nous avons en permanence le pied sur l'accélérateur, surtout en matière de développement et nous lançons encore actuellement des nouveaux produits.

 

Avez-vous à faire face à la pénurie de composants électroniques ?

Ulrich Balbach : Nous avons commencé très tôt à faire en sorte que les fournisseurs puissent rester en contact avec nous et continuent à nous livrer pendant les premiers blocages de 2020. Certains composants sont cruciaux pour nos systèmes, par exemple ceux destinés à l’analyse du sang. Cependant, il y a beaucoup de situations extrêmes dans l'environnement économique actuel. Il suffit de penser à l'industrie automobile dont les chaînes d'approvisionnement ont parfois été complètement interrompues.

 

Cela montre-t-il que la mondialisation a atteint des limites, en particulier dans les industries automobile et textile où beaucoup de production sont délocalisées ?

Ulrich Balbach : La mondialisation est bonne pour les entreprises de taille moyenne. Nos entrées de commandes en Asie ont, dans certains cas, augmenté dans une fourchette de pourcentage à trois chiffres. Mais parlons de la délocalisation des productions. Pourquoi la quasi-totalité de l'industrie électronique est-elle partie en Asie ? Et pourquoi l'industrie textile commence à s’y implanter ? Non seulement parce que les salaires y sont moins élevés, mais aussi parce qu'il a toujours été possible d'y produire de manière plus rentable. Cela vaut aussi bien pour l'industrie textile que pour les puces électroniques ou la production de circuits imprimés, un processus non seulement exigeant techniquement, mais aussi écologiquement pertinent.

 

La loi sur la chaîne d'approvisionnement s'appliquera aux entreprises de plus de 3000 employés à partir de 2023, et aux entreprises de la taille de Leuze un an plus tard. Dans quelle mesure y êtes-vous préparés et y a-t-il des choses qui vous dérangent à cet égard ?

Ulrich Balbach : Ce qui est dérangeant, c’est qu’il faille fournir un énorme effort administratif, par exemple en raison de la base de données SCIP. Un exemple : chaque pièce pivotante a une quantité minimale de plomb, sinon elle ne peut pas être traitée par usinage. Si nous nous approvisionnons en plomb ou l'utilisons dans nos appareils, nous devons le déclarer. Nous le faisons, bien sûr, et c'est épuisant. D'un autre côté, cela nous pousse à réfléchir davantage aux chaînes d'approvisionnement.

 

La nouvelle loi a beaucoup à voir avec le développement durable. Que fait spécifiquement Leuze à cet égard à son siège d'Owen ?

Ulrich Balbach : Notre priorité absolue est d’atteindre la neutralité carbone d'ici la fin de l'année prochaine. Nous avons bien progressé à cet égard. Nous prévoyons également de mettre en place des stations de recharge pour les véhicules de nos employés et de nos invités. Nous produisons notre propre énergie solaire sur les toits de notre grand centre logistique. En outre, il existe des propositions pour les employés, par exemple un vélo pour venir travailler. Nous ne nous arrêtons pas uniquement à Owen, bien sûr. Nous faisons la même chose dans notre nouvelle usine en Malaisie.

 

Comment évolue le chiffre d’affaires actuel de Leuze ?

Ulrich Balbach : Nous constatons une forte croissance de nos ventes actuellement, car la construction de machines allemande, par exemple, a maintenant compensé la baisse de 2020 et retrouve le niveau de 2019. Il y a aussi une énorme croissance en Asie. Dans ce contexte, l'année 2021 s'est très bien déroulée pour Leuze. Nous prévoyons une augmentation significative du chiffre d'affaires par rapport à l'année précédente, de 20 à 25%. En 2020, il était de 211 M€ avec un peu plus de 1400 employés.

Journaliste business, technologies de l'information, usine 4.0, véhicules autonomes, santé connectée

More articles Contact