Marqueur laser UV 3D

S’adaptant à une grande variété de matériaux, ce marqueur laser de Keyence se base sur la technologie 3D qui assure un marquage uniforme et est doté d’un scanner piloté

  • par Keyence
  • 13 juin 2018
  • 200 affichages
  • Le MD-U s’adapte à une grande variété de matériaux
    Le MD-U s’adapte à une grande variété de matériaux

Basé sur le marquage par ondes UV, le marqueur laser UV 3D de la série MD-U annoncé par Keyence est polyvalent et s’adapte à une grande variété de matériaux plastiques dont notamment les résines à haute ténacité et haute résistance thermique réputées très difficiles à traiter avec des lasers à longueur d’onde standard.

Marqueur laser qui s’adapte à une grande variété de matériaux

Les longueurs d’ondes UV émises par la source laser sont en effet plus appropriées au taux d’absorption des plastiques que celui des sources infrarouges traditionnelles. Résultat, les marquages par UV conduisent à un échauffement bien moindre du plastique, ce qui contribue à considérablement améliorer le rendu du marquage. On peut ainsi obtenir un marquage contrasté sans endommager le matériau, et sans apparition d’effets de bullage. La suppression des effets de la chaleur permet d’éviter les bavures et colorations jaunes, pour une finition proche de la perfection. De plus, le marquage UV procure une grande robustesse puisqu’il est très peu sensible aux variations de recettes ou aux différences d’aspect du plastique. La qualité d’impression reste ainsi stable quelles que soient les évolutions du matériau. Si le marquage UV présente un intérêt indéniable pour les plastiques, il peut l’être tout autant pour certains métaux comme le cuivre ou l’argent qui affichent un taux d’absorption plus important dans le domaine des ultraviolets. Il peut également éviter d’altérer le revêtement anti-corrosion d’une pièce en inox.

Spot laser de 25 µm de diamètre du marqueur laser

De plus, le spot laser d’à peine 25 µm de diamètre du MD-U permet une grande finesse du marquage, ce qui constitue un atout pour la plupart des applications industrielles comme dans le domaine du médical ou de l’automobile. Cela présente également un avantage majeur pour garantir l’esthétisme d’un graphisme ou d’un logo dans le secteur cosmétique ou pour réaliser des marquages de codes Datamatrix de très faibles dimensions et d’assurer ainsi la parfaite lisibilité des codes 2D.

Marqueur laser avec technologie 3D qui assure un marquage uniforme

Le marquage est d’autant plus précis que le MD-U de Keyence exploite une technologie 3D qui assure le contrôle du spot laser suivant 3 axes prenant en charge les cibles à niveaux, à plan incliné, cylindriques et coniques. La focalisation du laser s’adapte à la forme de la surface visée à partir du fichier 3D pris en compte par le programme de marquage. La distorsion des caractères et les défauts sont réduits au minimum produisant un marquage net qui suit parfaitement la forme 3D. Une qualité de marquage uniforme est garantie, non seulement sur les formes tridimensionnelles mais également du centre à la périphérie des surfaces planes. Les réglages chronophages disparaissent.

Marqueur laser doté d’un scanner piloté qui offre une grande précision de positionnement

Le marqueur laser de la série MD-U de Keyence intègre par ailleurs un scanner piloté par une commande numérique qui lui permet d’atteindre des vitesses de déplacement du spot de 12 000 mm/s tout en offrant une grande précision de positionnement. Ainsi, à vitesse égale, cette solution permet d’obtenir des qualités de marquage bien supérieures.

Marqueur laser avec caméra intégrée

La qualité du marquage est, de plus, contrôlée en temps réel par une caméra intégrée au MD-U. Une unité de traitement d’images embarquée compare le marquage réalisé à l’image référence (chaines de caractères, ou code-barre par exemple) enregistrée dans le programme de marquage puis fournit le taux de correspondance associé. Le MD-U est également capable de relire, et de vérifier le code 2D tout juste inscrit et de fournir une classification du code lu selon l’échelle des grades permettant d’évaluer la qualité du symbole en fonction de critères objectifs normalisés.