Câble hybride pour les courses suspendues jusqu'à 50 mètres

Igus présente le câble hybride CFSpecial.192 pour applications suspendues sur des distances cinq plus longues qu’avec des câbles standard.

  • par Igus
  • 4 mai 2023
  • 142 affichages
  • Câble hybride pour les courses suspendues jusqu'à 50 mètres
    Câble hybride pour les courses suspendues jusqu'à 50 mètres

Dans l'intralogistique, les machines doivent fonctionner 24 heures sur 24 de manière fiable. Les entrepôts sont de plus en plus grands et l'augmentation de la hauteur des mâts en exige beaucoup des câbles requis. C'est pour garantir un fonctionnement sans problème dans les applications suspendues très exigeantes que la société Igus a mis au point le câble hybride CFSpecial.192. Grâce à un élément porteur en aramide très résistant à la traction placé dans sa gaine, le câble permet des hauteurs de mât cinq fois plus élevées qu'avec des câbles standard.

 

Applications suspendues aux standards SEW-Eurodrive

 

Igus affirme que le câble CFSpecial.192 est le premier câble chainflex hybride pour les applications suspendues et convenant à la technologie d'entraînement Movilink DDI de SEW-Eurodrive. « La technologie hybride est de plus en plus populaire et cette popularité s'accompagne d'un besoin croissant en nouvelles solutions monocâbles », explique Benoit Melamed, responsable projets chainflex chez Igus France. « Dans le secteur de l'intralogistique en particulier, de nombreuses entreprises optent pour l'interface moteur numérique Movilink DDI de SEW-Eurodrive, pour laquelle nous proposons déjà différents câbles. Mais les applications suspendues, notamment les transstockeurs qui peuvent avoir des mâts très hauts, sont très exigeantes vis-à-vis des câbles utilisés. C'est pour y répondre qu’Igus a mis au point le câble CFSpecial.192, une solution qui permet de réaliser des courses verticales atteignant 50 mètres. »

 

Une force de traction de plus de 4200 N

 

« Le problème en présence d'applications suspendues est que l'on a besoin d'un câble qui doive, premièrement, convenir aux chaînes porte-câbles et, deuxièmement, être en mesure d'absorber une force de traction suffisante pour ne pas casser sur les grandes longueurs et les grandes hauteurs », explique Benoit Melamed. Le câble doit porter son propre poids, soit 15 N maximum par millimètre carré de conducteur principal pour répondre à la norme. Il est certes possible d'augmenter la section mais cette augmentation ne se solde pas automatiquement par plus de longueur. Car elle entraîne forcément une hausse du poids propre du câble. « Pour résoudre ce problème, nous avons intégré à la gaine extérieure en PUR du câble CFSpecial.192 une tresse en aramide très résistante à la traction. Les tests dans notre propre laboratoire montrent que la résistance à la traction est 500% supérieure à celle d'un câble standard pour Movilink DDI «, précise Benoit Melamed. « Notre nouveau câble a une force de traction de plus de 4 200 N et convient donc à la perfection aux applications verticales comme les transstockeurs ».

 

Des coûts réduits et une durée de vie plus longue

 

Le câble hybride Igus permet aussi aux clients de réduire leurs coûts en l'absence d'un deuxième câble et d'une fixation chronophage de ce câble dans la chaîne porte-câbles. La solution monocâble a en même temps besoin de moins de place et le système doit porter moins de poids. À ces coûts moins élevés vient s'ajouter une durée de vie nettement plus longue du câble dans les applications suspendues.

Journaliste business, technologies de l'information, usine 4.0, véhicules autonomes, santé connectée

Plus d'articles Contact